Sélectionner une page

Coloc ou colloc ? [LMEJ#21]

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=pyCPvMv-1qY[/embedyt]

21ème épisode de La Minute Ecrire Juste, la série de vidéos qui vous aide à mieux écrire au quotidien.
Aujourd’hui, zoom sur un mot et son abréviation, qui sont souvent mal orthographiés. Il s’agit du mot coloc, que je vois régulièrement écrit avec 2 « l »  alors qu’il n’en prend qu’un seul.
Le mot coloc est l’abréviation de « colocation » ou « colocataire », qui signifie « louer avec ». Il n’y a donc aucune raison de doubler le « l ».
Le mot collocation existe cependant aussi avec deux « l » mais sa signification est tout autre. En lingustique, on parle de collocation entre deux mots lorsqu’ils sont associés de manière attendue dans un texte, donnant un sens technique spécifique au nouveau mot. C’est le cas de « travailleur indépendant » ou d’ « indemnité journalière ».
Si vous vivez à plusieurs locataires sous le même toit, vous êtes donc bien en coloc et non pas en colloc ! ;)
C’est tout pour aujourd’hui, c’était La Minute Ecrire Juste.

Les nouveaux mots de la langue française en 2016 – [LMEJ #20]

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=zn9jj9FGA9g[/embedyt]
Bienvenue dans le 20ème épisode de LMEJ, aujourd’hui j’ai décidé de faire une vidéo un peu différente, une vidéo un peu détente. On vient de commencer l’année 2016, alors quoi de mieux que de vous parler des nouvaux mots entrés dans le dictionnaire ?
Bon, en réalité, les éditions 2016 du Larousse et du Robert sont sorties il y a plus de 6 mois, mais on va jouer le jeu ! 😉 Voici une petite sélection personnelle des néologismes dont l’Académie française a récemment officialisé l’usage.
TECHNOLOGIE
Dans la catégorie des nouvelles technologies, nous retrouvons un mot très utilisé ces derniers temps :
Selfie : bon, pas besoin de définition, tout le monde sait ce que c’est, et pour les irréductibles ignares de ce terme, un selfie ça donne à peu près ça =)
Open data, community manager et tuto font également leur entrée.
ECOLOGIE
Côté écologie/développement durable, on peut officiellement parler d’agroécologie, mais aussi de covoiturage et d’écoconduite.
ALIMENTAIRE
Dans le rayon alimentaire, ce sont les crudivores et les végan qui font leur apparition ! Pour les moins pratiquants, il y a également la binouze !
MODE
Zénifiant et se glamouriser sont quant à eux parfaitement dans l’air du temps. Se mémériser est un peu moins gratifiant, mais franchement d’où il sort celui-là ?
MOTS FAMILIERS
Parmi nos amis les mots familiers, le bolos et la baltringue ont rejoint la grande famille de l’Académie française. Alleeeez !!!
Sans oublier les mots saperétropédaler et dédiaboliser.
Il y a aussi des expressions qui sont rentrées. Il y en a certaines que j’ai particulièrement kiffé  (oui, oui, le mot kiffer est officiellement dans le Larousse), ce sont : « tendu comme un string » et « prendre cher ». Gros kiff.
C’est tout pour aujourd’hui, c’était LMEJ version 2016. Abonnez-vous à ma chaîne pour ne pas manquer votre vidéo quotidienne !

Adverbes en -amment et -emment [LMEJ#18]

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=D6bzHEkcAtU[/embedyt]
18ème épisode de LMEJ, aujourd’hui j’aborde la question des adverbes en -amment, pour lesquels on peut hésiter entre un -a et un -e. Comment est-on sûr d’employer la bonne terminaison ? Je vais partir d’un exemple.
Je veux écrire l’adverbe « apparemment ». Ce que je vais faire, c’est que je vais déconstruire l’adverbe et le transformer en adjectif. Dans ce cas, l’adjectif dont découle cet adverbe est l’adjectif « apparent » et s’écrit avec un e. Ce que je vais faire dans un 2nd temps, ça va être d’ajouter la terminaison -mment, ce qui donne : apparemment.
Cela fonctionne avec tous les autres : élégant => élégamment ; prudent => prudemment ; innocent => innocemment.
Pas d’exception cette fois-ci. Cependant, certains verbes/adverbes n’ont pas d’adjectif, c’est le cas de « notamment », du verbe « noter ». Dans ce cas, on va partir du participe présent. Le pp du verbe « noter » est « notant ». On applique le même automatisme, -mment et on trouve notamment.

Appeler ou appeller ? [LMEJ#17]

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=kv1HTob63Bk[/embedyt]

Bienvenue dans le 17ème épisode de LMEJ, je me rends compte que ça fait 3 vidéos consécutives que je suis habillé pareil. Je vais y remédier immédiatement.
Bon, plus sérieusement, écrit-on appeler ou appeller ? La réponse est dans la question. Lorsqu’il y a un doublement de la consonne « l » après un e, on prononce « èler ». Lorsqu’il n’y a pas doublement du « l », on dit « eler ». Est-ce qu’on dit appeller ? Non,
Et bien, sûr, 2 p à m’appelle (vidéo coluche)
J’appelle, nous appelons. Simple ?
C’est le cas avec la consonne « t » également : « jeter » un seul t, « je jette », plusieurs t [en marque 3 à l’écran]. Dans le doute on va en mettre 2.
L’exception française qui tue (et qu’on adore) c’est le verbe interpeller. En réalité, on peut aussi l’orthographier « interpeler », mais cette forme est moins courante.

Quand écrit-on -ciel ou -tiel ? [LMEJ#16]

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=2I6NtIit-78[/embedyt]
16ème épisode de LMEJ. Aujourd’hui, je vais vour parler terminaisons et plus particulièrement des terminaisons en « -ciel » / « -tiel ». Dans quels cas doit on orthographier avec un -c ? Dans quels cas doit-on mettre un -t ?
La règle générale est la suivante : la plupart des adjectifs dérivés de noms qui se terminent par -ent / -ence s’orthographient «-tiel ». Exemple : essence => essentiel ; confidence => confidentiel ; résidence => résidentiel, événement => événementiel, existence => existentiel.  Vous saisissez l’idée.
Il existe des exceptions comme « révérenciel » => révérence => révérenciel
Concernant les adjectifs se terminant en « -ciel », ils sont soit dérivés de noms se terminant par -ie, -ice, -ique.
Exemple : superficie => superificiel ; artifice => artificiel
Soit dérivés de noms terminés par -ance. Exemple : circonstance => circonstanciel ; tendance => tendanciel
Les exceptions, puisqu’il y en a toujours en français : interstice => interstitiel ; substance => substantiel
Il n’y a pas de règle spécifique si ce ne sont les lignes directrices que je vous ai données. C’est l’usage qui va faire la différence, c’est à dire l’habitude que vous allez prendre 1) d’utiliser ces mots 2) de bien les orthographier. A force les écrire correctement, la bonne orthographe va s’imprimer naturellement dans votre cerveau.
Merci, c’était LMEJ !

Fois / foie / foi / Foix [LMEJ#15]

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=D7WZ8WHrSt0[/embedyt]

Dans cette vidéo un peu plus longue que d’habitude, j’explique la raison de mes 2 mois d’absence et j »aborde l’orthographe des quatre homophones « foie », « fois », « foi » et « Foix ».

Précédent ou précédant ? [LMEJ#14]

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=oRPclWfbp3I[/embedyt]
14ème épisode de LMEJ. Aujourd’hui, je vous parle de la distinction (qu’on ne fait pas toujours) entre participe présent et adjectif verbal. Cette confusion est en effet à l’origine de fautes.
Comment écrit-on « le jour précédent » ? OK ça c’est l’adjectif du verbe précéder, on l’écrit avec un e.
Comment écrit-on « le jour précédant la fin de l’année » Cette fois-ci, il s’agit du participe présent.
Pour faire la distinction, il suffit de mettre la phrase (le sujet) au féminin. Ce qui nous donne :
« la semaine précédente » Ici, « précédent » s’accorde au féminin, il s’agit donc bien de l’adjectif verbal
« la semaine précédant la fin de l’année »  Dans ce 2ème cas, on ne peut pas l’accorder, il faut donc bien écrire précédant -ant au participe présent
On fait cette même distinction pour :
adhérer : adhérent, adhérant
communiquer : communicant, communiquant
convaincre : convaincant, convainquant
fatiguer : fatigant, fatiguant
Retrouvez la liste complète en cliquant ici, abonnez-vous à la chaîne d’EJ pour recevoir tous mes conseils vidéo, et un petit pouce bleu ça fait toujours plaisir ! :)

Participe passé et auxiliaire avoir [LMEJ#8-9]

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=1UWCx28vp0Y[/embedyt]

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=OO29snC4wb4[/embedyt]

 

Le participe passé ne s’accorde jamais avec son sujet lorsqu’il est en présence de l’auxiliaire avoir