Sélectionner une page

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=9hsFR7MLhPw[/embedyt]

 

29ème épisode de LMEJ. Aujourd’hui, on met les points sur les i mais pas seulement, puisqu’on va parler du tréma.
On le retrouve sur le i, comme dans maïs, mais aussi sur le e (Noël) ou, de manière plus rare, sur le u (capharnaüm). Son rôle est d’indiquer que 2 voyelles se prononcent séparément.
Jusque là tout est simple. Le point épineux concerne les mots qui font leur féminin en güe/guë, d’où le titre de cette vidéo : « Aigüe ou Aiguë ? ». Ça concerne aussi les mots : ambigu, contigu, exigu, etc.
Bon, dans tous les cas, on est bien d’accord que si on ne met pas de tréma du tout, on se retrouve avec le mot « aigue », qui ne veut plus dire la même chose.
Mais où faut-il donc placer ce tréma ? La règle académique originelle veut qu’on mette le tréma sur le « e » : « aiguë », ce qui n’est pas spécialement intuitif, puisque le tréma est justement censé être positionné sur la lettre que l’on VA prononcer.
Pour simplifier les choses, la réforme orthographique de 1990 a admis et recommandé même l’orthographe suivante : « aigüe », « ambigüe » en argumantant que c’est pour « éviter les difficultés de lecture ». Bref, nous voilà bien.
Les deux graphies sont donc correctes. Vous pouvez choisir celle que vous voulez mais il vaut mieux vous y tenir, surtout dans un texte ou le mot va apparaître de manière récurrente.
Attention ! Certains mots ne prennent pas de tréma. On peut penser qu’il y en a, mais en fait, non.
C’est le cas de : Groenland, goéland, canoéiste (mais Canoë), Israélien (mais Israël).
poêle (l’orthographe poële est admise mais extrêmement rare).
C’est tout pour aujourd’hui, c’était LMEJ, je vous retrouve demain dans l’épisode 30 !